Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Pétitions et courriers de défense des droits ; appels à dons > Dons pour le centre Al Rowwad du camp de réfugiés d’Aïda à Betlehem face au (...)

Dons pour le centre Al Rowwad du camp de réfugiés d’Aïda à Betlehem face au coronavirus

Chères amies, chers amis,

Nous connaissons bien « la belle résistance » du centre Al Rowwad (Les pionniers) qui existe depuis plus de vingt ans dans le camp de réfugiés d’Aïda à Bethléem et poursuit une multitude d’actions auprès des enfants ainsi que des hommes et des femmes de tout âge. Son directeur Abdelfattah Abusrour est venu souvent à Nîmes, seul ou avec la troupe de jeunes acteurs Al Rowwad pour présenter des spectacles très forts, en particulier Handala.

Il vient de nous donner des nouvelles du centre Al Rowwad face au coronavirus, Bethléem subissant de plus un véritable siège avec l’armée d’occupation ne permettant aucune entrée et les forces de l’Autorités palestinienne ne laissant passer que les cas d’urgence.

Les Palestiniens ont malheureusement l’expérience des états de siège et la forte solidarité entre eux joue un rôle primordial. Néanmoins, Abdelfattah lance un appel pour faire face aux besoins créés par cette épidémie.

Comme il l’indique à la fin de son message, nos chèques peuvent être envoyés à : AFPS-Nîmes Al Rowwad, 57 rue Bonfa, 30000 Nîmes, libellés à l’ordre de AFPS Nîmes Al Rowwad, un compte spécifique pour les soutiens au centre Al Rowwad. Pour celles et ceux qui préféreraient faire un virement bancaire sur le compte AFPS Nîmes Al Rowwad, voir en pièce jointe l’appel à soutien avec l’IBAN de ce compte (ne pas oublier alors de nous transmettre vos coordonnées !)

Pour le CA du groupe AFPS de Nîmes,

Etienne Bovet

Chers amis et partenaires

Les jours passent et les espoirs d’un remède sont plus forts que jamais. La vie est presque paralysée dans le gouvernorat de Bethléem, dans les villes aussi bien que dans les villages et les camps de réfugiés. C’est presque le couvre-feu partout. La circulation est extrêmement limitée, pour les urgences uniquement et tout le monde est prié de rester en quarantaine chez soi afin de se protéger soi-même aussi bien que les autres.

La vie devient de plus en plus difficile pour les gens qui vivent leur vie et la gagnent au jour le jour. Les travailleurs indépendants, les artistes et les journaliers… Les paysans qui vendaient leurs produits et gagnaient leur vie au jour le jour…Comment ces gens peuvent-ils vivre et gagner leur pain quotidien ?

Il y a un besoin urgent en désinfectants, matériel de nettoyage, gants et masques et surtout en tubes de tests pour le Corona virus.

La plus grande part de la panique pourtant ne se situe pas dans Bethléem. Je veux parler de la panique causée par les fermetures et la quarantaine. Ceux qui pouvaient acheter et stocker pour les 14 ou 30 jours de quarantaine ou de fermetures ont presque vidé certains supermarchés, mais pas à Bethléem, et pas non plus à Jérusalem-Est ni dans d’autres villes palestiniennes. Nous avons l’expérience des couvre-feux et des sièges, le plus célèbre dura 43 jours du 30 mars au 12 mai 2002. Au camp d’Aïda, nous fûmes en mesure de travailler 24 heures sur 24 pendant cette période, pour répondre à l’urgence et cela nous a donné plus d’expérience qu’à d’autres endroits pour gérer de telles situations. Une grande solidarité dans la communauté nous avait rendu la tâche plus facile malgré la situation périlleuse et le couvre-feu. Personne n’est mort de faim.

Il y a un double siège autour de Bethléem. D’un côté il y a les forces d’occupation israéliennes tout autour de Bethléem, qui contrôlent le passage et ne permettent aucune entrée à Bethléem en provenance de Jérusalem. Dans Bethléem, les forces de l’Autorité palestinienne contrôlent également le passage et ne permettent le passage qu’aux cas d’urgence.

Il y a eu des actions extraordinaires et inspirantes dans notre communauté et la générosité a été formidable. Lorsque la quarantaine a commencé et que les travailleurs n’ont pas pu aller au travail, que les familles devaient rester en quarantaine, nous avons reçu des désinfectants distribués à presque toutes les familles des camps de réfugiés d’Aïda et de Beit Jibrin (Alazza). Nous sommes reconnaissants aux partenaires locaux qui nous ont aidés et soutenus pendant ces temps difficiles par diverses donations, soit en matériel de santé, masques, gants, soit en nourriture ou certains médicaments.

La solidarité et l’aide sont aussi venues d’autres villes palestiniennes mais tout cela reste limité et la distribution se fait également dans des lieux limités….et elle n’atteint pas tous ceux qui en ont besoin et ne couvre pas tous les besoins.

De nombreux amis internationaux ont aussi offert de faire des donations et de soutenir. Je voudrais remercier profondément tous ceux qui ont offert des dons et un soutien, par tous les moyens en leur possession. De nombreux appels ont été lancés par de nombreuses organisations, mais nous ne l’avons pas fait jusqu’à présent. Puisque certains ont demandé comment faire des dons et offrir un soutien, vous êtes bien sûr bienvenus à aider et soutenir… merci de voir le lien ci-dessous.

Les mois de mars et d’avril sont normalement de très bons mois pour le tourisme et les visiteurs. Notre gîte était presque totalement réservé et des repas étaient prévus, qui nous auraient aidés à couvrir environ 60% des salaires et des frais de fonctionnement, ainsi qu’à offrir un travail à certaines familles qui préparent la cuisine. Nous aurions également été en mesure de continuer à aider certaines personnes souffrant de maladies chroniques en leur fournissant leurs médicaments ainsi que certains étudiants avec des bourses… et bien d’autres choses encore. Mais toutes les réservations ont dû être annulées et ceux qui avaient payé ont été remboursés. Tous les festivals et activités publiques à Al Rowwad et dans toutes les autres institutions dans le gouvernorat de Bethléem et aux alentours ont été annulés.

À Al Rowwad, bien que les activités avec les enfants et les bénéficiaires aient stoppé dans les locaux, l’équipe et certains bénévoles continuent de travailler et le centre est ouvert pour la planification et les réunions de l’équipe d’urgence ou bien pour la planification d’Al Rowwad. Certains membres de l’équipe, des femmes avec des enfants à charge pendant cette quarantaine, travaillent chez eux sur les réseaux sociaux, par emails et téléphone, pour se connecter aux autres. Les programmes d’éducation se poursuivent en ligne avec les enfants également, ainsi qu’avec des feuilles d’exercices.

Nous, à Al Rowwad, avons toujours opté pour une relation de partenariat avec nos amis et nos supporters, pour être fiers de ce que nous accomplissons ensemble. Toutes les institutions en partenariat dans le camp d’Aïda ont établi une excellente équipe de réponse à l’urgence avec le Comité populaire du camp d’Aïda (Al Rowwad, Lajee, les centres de jeunes d’Aïda et Amal Almustakbal). Il existe aussi une très bonne coordination au niveau de la ville ainsi qu’avec le gouvernorat de Bethléem et la municipalité de Bethléem, le Ministère de la Santé, le directeur de l’UNRWA dans le camp, bien que l’intervention de l’UNRWA ne réponde pas aux besoins présents ni aux attentes, en partie à cause de l’isolement de Bethléem. Au niveau institutionnel (le centre Badil a aidé avec la fourniture de gel d’hygiène pour les camps d’Aïda et d’Alazza), il reste encore beaucoup à faire pour répondre aux besoins d4Aïda et des alentours. Certaines personnes âgées ont besoin d’aide et de soutien et elles ne pouvaient pas rester isolées, malgré la quarantaine exigée de certaines familles car elles avaient été en contact avec des personnes infectées, de l’Hôtel Angel à Beit Jala et d’ailleurs. Nous sommes une zone en situation d’urgence et nous la traitons avec sérieux et une grande responsabilité car nous nous préoccupons de tout le monde. Nous devons considérer les besoins à court terme qui comprennent la nourriture, les médicaments et les besoins en pratiques de santé, ainsi que ceux à long terme pour le camp, qui comprennent les besoins d’infrastructure. Donc à nouveau, tous nos profonds remerciements à tous nos partenaires et supporters.

Nous prions également pour tout le monde, tous ceux qui souffrent d’une telle épidémie. Nous pensons à tous ceux qui en sont touchés à différents niveaux et nous remercions tous ceux qui sont solidaires de nous pendant ces temps difficiles.

Puissiez-vous tous ainsi que vos êtres chers trouver bientôt la paix et la sécurité…

Pour les dons :

Alrowwad Palestine :

https://www.alrowwad.org/en/?page_id=9527

Amis Alrowwad USA

https://www.alrowwadusa.org/donate

Amis Alrowwad UK

http://www.friendsofalrowwad.co.uk/donate.html

Amis Alrowwad Norvège

https://www.alrowwad.no/bli-medlem

Soutien au Centre culturel Al Rowwad :

AFPS-Nimes-Al Rowwad, 57 rue Bonfa,

30000 Nîmes - France

Email :afpsnimes.alrowwad@gmail.com

Malgré les rues vides nous vivons

Malgré la peur nous espérons

Malgré le désespoir nous aimons

Malgré les difficultés nous avons la foi et la reconnaissance.

د. عبدالفتاح ابوسرور

Abdelfattah Abusrour, PhD
> General Director
> Alrowwad Cultural and Arts Society

for Children, Youth and Women

Winner of Stars Foundation Impact Award 2016
> Ashoka Fellow - Social Entrepreneur 2006

Synergos Social Innovator 2011

SPIP 3.0.21 [22462] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le samedi 28 mars 2020